L’industrie électronique asiatique et Samsung attaqués sur les conditions de travail

campagne-samsung

Informations

Nom :

Campagne CSI 2016 "Halte à la cupidité des entreprises"

Auteur/organisation :

Confédération syndicale internationale (CSI)

Date :

novembre, 2016

Lire le document

Fiche synthétique

Entreprise(s) concernée(s) :

Samsung

Risques d'incidences soulevés, par domaine :

Violation des droits et de la sécurité des travailleurs

Esclavage moderne

Travail des enfants

Lieu des incidences :

Asie

Relation causale :

Partenaires et filiales et par extension, l’ensemble du secteur électronique en Asie.

Devoir de l'entreprise au regard des PDNU :

L’entreprise se doit de garantir au minimum les droits des travailleurs tels que définis par le Bureau International du Travail. Cependant, la vigilance doit également s’exercer sur les partenaires commerciaux de l’entreprise.

Résumé

Résumé :

Le lancement de cette pétition par la CSI fait suite à une campagne lancée depuis plusieurs mois dénonçant les « conditions de travail moyenâgeuses » chez Samsung. Le rapport de la campagne révélait que:

« Jusqu’à 94 % de la main-d’œuvre des chaînes d’approvisionnement [asiatiques] qui fournissent les multinationales sont en fait une main d’œuvre cachée : les travailleurs perçoivent des salaires de misère, occupent des emplois précaires et travaillent, trop souvent, dans des conditions dangereuses, pour assurer des bénéfices à une entreprise qui n’endosse aucune responsabilité. »

De son côté, China Rights Watch, dénonce également la politique de l’entreprise interdisant les syndicats et les conditions de travail extrêmement précaires dans les usines, où les ouvriers (dont certains n’ayant pas atteint la majorité légale) serait forcés à réaliser 100 heures de travail supplémentaire chaque mois (quelques fois non rémunérées), dans des conditions de sécurité minimale.

Lancée le 1er novembre, la  pétition avait déja receuilli plus de 13 000 signatures le lendemain.