Qatar 2022 : le revers de la médaille

Sans titre

Informations

Nom :

LE REVERS DE LA MÉDAILLE : EXPLOITATION DE TRAVAILLEURS MIGRANTS SUR UN SITE DE LA COUPE DU MONDE DE FOOTBALL QATAR 2022

Auteur/organisation :

Amnesty International

Date :

mars, 2016

Lire le document

Autre :

Suite à ce rapport, The Guardian révèle le 10 octobre 2016 que la FIFA pourrait être poursuivie en justice devant les tribunaux suisses.

Fiche synthétique

Entreprise(s) concernée(s) :

Eversendai et Nakheel Landscapes.

Risques d'incidences soulevés, par domaine :

Conditions de travail

Lieu des incidences :

Qatar

Relation causale :

Chaine de sous-traitance

Devoir de l'entreprise au regard des PDNU :

Toutes les entreprises sont tenues de respecter les droits humains aux termes des normes internationales régissant les relations entre les activités commerciales et les droits fondamentaux de la personne. Respecter les droits humains est une obligation qui s’impose non seulement à l’entreprise dans le cadre de ses activités propres, mais également dans ses relations professionnelles, entre autres avec ses sous-traitants. Pour s’acquitter de leur responsabilité en matière de respect des droits humains, les entreprises doivent disposer d’une procédure en matière de vigilance leur permettant d’identifier les atteintes aux droits humains liées à leurs activités, de les prévenir, d’en atténuer les incidences négatives et – le cas échéant – d’accorder des réparations aux victimes.

Résumé

Résumé :

En 2010, la FIFA a attribué au Qatar l’organisation de la Coupe du monde de 2022. Cet État du Golfe s’est lancé dans un ambitieux programme de construction, destiné à réaliser les stades et les diverses autres infrastructures nécessaires pour accueillir l’événement.

Amnesty International déplore dans ce rapport les atteintes aux droits de l’homme des  travailleurs présents sur les chantiers et recommande aux entreprises d’exercer convenablement leur devoir de vigilance afin que ces atteintes cessent.