Edition 2016 du scorecard huile de palme

scorecardwwf

Informations

Nom :

Palm Oil Buyers Scorecard, Measuring the Progress of Palm Oil Buyers

Auteur/organisation :

WWF

Date :

septembre, 2016

Lire le document

Fiche synthétique

Entreprise(s) concernée(s) :

137 plus gros acteurs de la distribution, des produits de consommation et des services de restauration aux Etats-Unis, au Canada, en Europe, en Australie, au Japon et en Inde.

Risques d'incidences soulevés, par domaine :

Droit du travail, droits des communautés locales, déforestation, changement climatique

Lieu des incidences :

Monde

Relation causale :

Relations entre les distributeurs, leurs fournisseurs et sous-traitants

Devoir de l'entreprise au regard des PDNU :

Les entreprises sont tenues de respecter les droits humains aux termes des normes internationales régissant les relations entre les activités commerciales et les droits fondamentaux de la personne. Respecter les droits humains est une obligation qui s’impose non seulement à l’entreprise dans le cadre de ses activités propres, mais également avec ses partenaires commerciaux. Pour s’acquitter de leur responsabilité en matière de respect des droits humains, les entreprises devraient disposer de procédures de vigilance leur permettant d’identifier les atteintes aux droits humains liées à leurs activités, de les prévenir, d’en atténuer les incidences négatives et – le cas échéant – d’accorder des réparations aux victimes.

Résumé

Résumé :

« L’édition 2016 du scorecard WWF sur les approvisionnement en huile de palme passe en revue les pratiques et politiques des 137 plus gros acteurs de la distribution, des produits de consommation et des services de restauration aux Etats-Unis, au Canada, en Europe, en Australie, au Japon et en Inde. Parmi ces entreprises évaluées, des marques emblématiques telles que Carrefour, Ikea, McDonald’s, Nestlé, Safeway, Tesco ou Walmart ont été passées au crible.

Comme les années précédentes, ce classement se base sur les engagements et réalisations des entreprises notamment sur leur engagement à acheter de l’huile de palme non-issue de la déforestation, la transparence de leurs politiques d’approvisionnement ou encore leur appartenance ou non à la Table ronde pour l’huile de palme durable (RSPO).

En 2015, de nombreuses entreprises avaient promis aux consommateurs de se fournir à 100% en huile de palme certifiée.

« Cette année, le WWF a porté une attention toute particulière à mesurer la concrétisation de ces promesses », explique Adam Harrison, responsable du programme huile de palme pour le WWF.  » Si plus de la moitié des entreprises évaluées affichent des progrès appréciables, 1 acteur sur 5 n’a pas répondu ou ne fait que trop peu pour réduire l’impact de l’huile de palme qu’il achète sur les écosystèmes. C’est inacceptable compte tenu de la facilité avec laquelle il est possible d’obtenir de l’huile de palme certifiée ». »