Dénonciation des pratiques des entreprises minières canadiennes

national-observer

Informations

Auteur/organisation :

Société civile

Date :

octobre, 2016

Lire le document

Fiche synthétique

Entreprise(s) concernée(s) :

Barrick Gold & entreprises minières canadiennes

Risques d'incidences soulevés, par domaine :

Violation des droits des travailleurs (droits de l’homme et droit du travail)

Lieu des incidences :

Tanzanie

Relation causale :

Acacia Mining, filiale tanzanienne de Barrick Gold

Devoir de l'entreprise au regard des PDNU :

Les entreprises se doivent d’agir avec diligence raisonnable pour prévenir la violation des droits de leurs travailleurs dans les sociétés mères et leurs filiales. Les sociétés mères se doivent d’exercer une vigilance accrue sur leurs filiales.

Résumé

Résumé :

Violations, coups de feu, coups de feu, brûlures – peu de formes de violence n’ont pas été dénoncées dans la mine d’or de North Mara en Tanzanie depuis qu’un géant minier canadien, Barrick Gold, l’a acquise en 2006. Plus tôt cette année, une enquête du gouvernement tanzanien a appris que 65 personnes ont été tuées et 270 ont été blessées aux mains des forces de sécurité de la mine de North Mara depuis 2006.

Ces abus dévoilent un grave problème présent dans l’ensemble du secteur minier canadien car un rapport commandé par une association de l’industrie en 2009 montre qu’un incident sur trois dans le monde survient dans une mine détenue par une entreprise canadienne.

L’indignation à l’égard de la violence a suscité des appels à la création d’un médiateur des droits de la personne pour le secteur extractif international du Canada. L’objectif serait d’atteindre une plus grande responsabilisation des entreprises commettant des infractions à l’étranger. Le Parti libéral a promis de créer ce médiateur pendant la campagne en 2015, mais un an plus tard – alors que les violations des droits de la personne et de l’environnement se poursuivent dans certaines mines canadiennes – cette promesse n’a pas été suivie d’effet.

L’Association minière du Canada (MAC), qui représente 39 des principaux acteurs de l’industrie, s’est en effet opposée à la création d’un tel médiateur, notant que l’idée pourrait est « louable en théorie » mais impossible à mettre en pratique.

Pour Barrick Gold, une telle attitude a engendré la multiplication des manifestations et des poursuites en justice par les victimes de ses activités.