L’industrie du Cobalt en République démocratique du Congo

Sans titre

Informations

Nom :

"VOILÀ POURQUOI ON MEURT": les atteintes aux droits humains en République démocratique du Congo alimentent le commerce mondial du cobalt.

Auteur/organisation :

Amnesty International

Date :

janvier, 2016

Lire le document

Fiche synthétique

Entreprise(s) concernée(s) :

Les 16 multinationales examinées dans le rapport sont Ahong, Apple, BYD, Daimler, Dell, HP, Huawei, Inventec, Lenovo, LG, Microsoft, Samsung, Sony, Vodafone, Volkswagen et ZTE. Leurs réponses figurent en annexe du rapport.

Risques d'incidences soulevés, par domaine :

Conditions de travail, travail des enfants.

Lieu des incidences :

République Démocratique du Congo

Relation causale :

Sous-traitants.

Devoir de l'entreprise au regard des PDNU :

Les entreprises doivent respecter tous les droits de l’Homme internationalement reconnus c’est-à-dire « éviter de porter atteinte aux droits de l’Homme et remédier aux incidences négatives sur les droits de l’Homme dans lesquelles elles ont une part » et ce à travers l’exercice de la diligence raisonnable (ou devoir de vigilance). 

Résumé

Résumé :

Ce document retrace le parcours du cobalt utilisé dans les batteries lithium-ion. Selon les auteurs du rapport, les entreprises impliquées dans la filière d’approvisionnement du cobalt ne prennent pas en compte les risques en termes de droits humains liés à leurs activités.