Benchmark – Le travail forcé dans l’industrie vestimentaire

ktc

Informations

Nom :

"Apparel & Footwear Benchmark Findings Report : How are 20 of the largest companies addressing forced labor in their supply chains?"

Auteur/organisation :

Know The Chain

Date :

décembre, 2016

Lire le document

Fiche synthétique

Entreprise(s) concernée(s) :

20 groupes dont Adidas, Prada, Gap, Primark, Nike, Ralph Lauren, etc.

Risques d'incidences soulevés, par domaine :

Conditions de travail dignes/Risque pour la santé et la sécurité des travailleurs

Travail forcé/Esclavage moderne

Lieu des incidences :

Pays en développement, principalement en Asie (Taïwan, Bangladesh, Inde, Thaïlande, Vietnam, Cambodge, Indonésie, Birmanie)

Relation causale :

Sous-traitants de ces grands groupes

Devoir de l'entreprise au regard des PDNU :

Les sociétés mères se doivent de s’assurer que leurs partenaires commerciaux et filiales n’ont pas de pratiques contraires aux droits de l’homme. Elles se doivent de prendre les actions nécessaires pour corriger toute situation de violation.

Résumé

Résumé :

En partie à cause de l’attention et de la pression constantes exercées sur les entreprises du secteur vestimentaires en ce qui concerne les conditions de travail, le benchmark conclut à un score moyen relativement élevé de 46 sur 100 pour le secteur, surtout par rapport aux deux autres secteurs repérés en 2016 (technologies de l’information et de la communication: 39 sur 100; agroalimentaire: 30 sur 100).

Cependant, l’indice de référence conserve encore une marge importante d’amélioration. Les entreprises doivent s’attaquer au travail forcé dans leurs chaînes d’approvisionnement. Huit des 20 entreprises benchmarkées, par exemple, ne démontrent aucunement leur conscience et engagement à s’attaquer à la traite des êtres humains et au travail forcé. De plus, les scores moyens sur les thèmes de référence tels que le recrutement (22/100) et le dialogue avec les travailleurs (29/100) sont faibles.